Connexion

COPROPHAGIE


 

 

 

Coprophagie

 

Pour éviter la coprophagie chez le chien, l’acide glutamique à 250 mg par gélules peut être intéressant, à raison d’1 à 2 gélules par repas.

(Source : Dominique Ranson-Cock)

 

Eléments de réflexion concernant la coprophagie, compilés par le groupe Zoopsy-SudOuest.

 

 Quelques questions :

• Mange-t-il les siennes, celles d’autres chiens, d’autres espèces ? La fréquence chez les adultes semble être : autres espèces, bien moins autres chiens, encore moins fréquent pour ses propres selles.

• Avec quelle fréquence ? Distinguer les opportunistes des « coproboulimiques »

• Explorer l’alimentation et la digestion, au moins dans ses aspects visibles par les propriétaires.

• Ingère-t-il d’autres choses surprenantes ?

• Est-ce un comportement d’apparition récente ou est-il habituel ? Et dans ce cas pourquoi s’en préoccuper maintenant ?

 

 Quelles hypothèses ?

• Si ce sont les siennes, commencer par la digestibilité de l’aliment distribué, envisager des troubles digestifs (aspect des selles ?), des troubles de l’assimilation…

• Troubles comportementaux incluant la coprophagie dans leur tableau clinique :

•           HSHA

•           Trouble de la communication

•           Punitions a posteriori

•           Dépression d’involution, troubles du chien âgé en général

•           Compétition avec les propriétaires, notamment le renforcement précoce chez les chiots

•           Troubles du développement, notamment les chiots en chenil dans des espaces limités.

 Quelles pistes de solution ?

1. expliquer que c’est « normal », tout en admettant que c’est désagréable ( !!!) – observer si le recadrage est suffisant

2. pas de danger particulier, penser quand même à vermifuger…

3. techniques pour l’empêcher :

•           ne pas entrer en compétition avec le chien, donc ne pas se précipiter sur lui

•           faire au contraire une diversion pour l’attirer ailleurs, prévoir des stimuli disruptifs les plus motivants possibles

•           déposer sur les crottes présentes des substances vomitives, du poivre, du piment, du tabasco…

•           électrifier les merdes !? Comme certains parviennent à le faire avec des canards ou des poules pour déconditionner les chiens tueurs de volailles…